Accueil du site Annuaire sites et clubs Forum Journal d'événements
- Les Sports
- Dernier Ajouté
- Les Armes


- Bienvenue sur le Portail des Arts martiaux et des Sports de combat : Sport-Fight.net

La Capoeira

 

Sport-FighT

Histoire Photos Liens

Les premiers jours de la Capoeira restent encore aujourd'hui voilés de mystère, étant donné le peu de documents de cette époque concernant la Capoeira, et la recherche en la matière en est encore à ses débuts. Mais nous pouvons d'ores et déjà affirmer que la Capoeira trouve ses origines en Afrique, à l'époque où les africains étaient transportés par dizaines de milliers sur les côtes brésiliennes. Ces africains, devenus esclaves, venaient de différentes régions d'Afrique et apportaient avec eux leur culture - une culture vivante, qui n'était pas conservée dans les livres ou dans les musées, mais dans le corps, dans l'âme et dans le coeur de chacun, qui était transmise de père en fils, d'initié à débutant, de génération en génération :
- le candomblé : une religion
- le berimbau : un instrument de musique
- le vatapa : une recette de cuisine
et beaucoup d'autre choses...
Enfin une manière d'être et de vivre.

Au fils de ans, et pendant les rares moments de loisir de leur captivité, ces hommes vont peu à peu absorber la culture des autres, leurs enfants vont grandir dans cette ambiance de culture hétérogène et d'esclavage. Voilà comment on peut définir en gros les origines de la Capoeira : Synthèse, mélange de danses, luttes et instruments de musique de différentes cultures, de différentes régions africaines. Synthèse réalisée sur le sol brésilien, probablement aux alentours de Salvador, capitale de l'état deBahia, sous le régime de l'esclavage au XIXème siècle.

Aux alentours de 1814, la Capoeira, comme d'autres formes d'expressions culturelles africaines, a souffert de répression et, à certains endroits, elle était interdite par les maîtres et les surveillants des esclaves. Jusqu'à cette date, elle était permise et même encouragée, non seulement comme mesure de sécurité contre les pressions internes créées par l'esclavage, mais aussi pour mettre en évidence les différences entre les divers groupes africains : "diviser pour mieux régner". Mais avec l'arrivée au Brésil en 1808 du roi portugais Dom João VI, qui fuyait l'invasion Bonapartienne, les choses ont changé : les nouveaux venus ont compris la nécessité de détruire la culture de l'autre afin de dominer, et la Capoeira a commencé a être persécutée selon un processus dont le point culminant fut son interdiction pure et simple en 1892. Les motifs furent nombreux, la Capoeira donnait aux africains un sentiment de nationalité, elle formait des lutteurs agiles et dangereux, elle formait de petits groupes cohérents et quelques fois les esclaves se blessaient en jouant, ce qui était économiquement indésirable.

La Capoeira d'antan était pratiquée de différentes façons :
- de façon violente à Rio de Janeiro et à Récife,
- comme un rituel-danse-combat-jeu à Bahia, où la Capoeira a progressivement absorbé d'autres éléments africains,
- parfois en cachette et à d'autres endroits ouvertement, en dépit des lois destinées à l'abolir.

 

La Capoeira de cette époque a peu de choses en commun avec celle pratiquée de nos jours ou qui l'a été pendant les 100 premières années. Elle a toujours été marginalisée, le capoeiriste est en général un malandro et un marginal, blanc, mulâtre ou noir, expert aussi bien en coups de pieds, en coups de têtes, qu'à l'arme blanche. A Rio de Janeiro, par exemple, où la Capoeira s'est developpée exclusivement comme forme de combat, se formèrent des bandes de capoeiristes qui terrorisaient la population, ces bandes étaient utilisées par les monarchistes et les republicains pour exercer des pressions et perturber les réunions de leurs adversaires.

Aux alentours de 1930, à Salvador, Mestre Bimba (Manuel dos Reis Machado, 1900-1974) a ouvert la première académie de Capoeira ( 1932), exploit rendu possible par l'administration nationaliste de Getulio Vargas, qui voulait promouvoir la Capoeira comme sport brésilien.

En 1941 Mestre Pastinha (Vicente Ferreira Pastinha, 1889-1981) a ouvert son école de Capoeira Angola.

Pour la première fois depuis 400 ans, la Capoeira est enseignée et pratiquée en dehors de la marginalité. Ces deux " mestres" sont les figures centrales de la Capoeira du XXème siècle. Ils sont si importants dans l'histoire de la Capoeira qu'ils sont (eux et la légende qui les entoure) les ancêtres mythiques de tous lesjoueurs de Capoeira.

Bimba a commencé a enseigner ce qu'il appelait " le combat régional de Bahia" : une nouvelle méthode de pratique de la Capoeira dans laquelle il a introduit des mouvements de "Batuque" (samba de lutte) et créé une nouvelle méthode d'enseignement. Il a pour l'essentiel, sacrifié beaucoup du rituel et aspects du "jeu" pour une plus grande agressivité et pour l'esprit de combat. Il a créé un nouveau style, la "Capoeira Regional".


Avec l'avènement du style régional, la Capoeira traditionnelle a pris le nom de Capoeira Angola. Pastinha et son académie ont été pendant longtemps les seuls à préserver le style traditionnel : rituel-danse-combat-jeu. De nos jours, parmis la jeune génération dont l'âge se situe aux alentours de 35 ans, les "maîtres" s'interessant aussi bien au style Régional qu'à celui de la Capoeira Angola.

- News du site

- Nouveau disign et nouvelle formation du site !

- T'chatter en direct le samedi avec des pratiquants d'arts martiaux et de sports de combat : Tchat en ligne .

- Du nouveau sur l'annuaire, ajoutez votre club ou votre site web : Annuaire .

- Jouez en ligne sur nos jeux de combat : Jeux de combat .

- Nouvelle section " Les Armes "

 

- Dernieres Photos ajoutées dans la Gallerie

| | | | | |

| | | | | |

- À découvrir

Chat-Paradise.com

tChat et rencontres

- Multimédias
- Partenaires